Love Stories T.1 : L’adolescence dans sa justesse…

Love Stories - Tome 1

Love Stories – Tome 1 KOIMONOGATARI © TAGURA TOHRU 2015 by GENTOSHA COMICS INC., TOKYO.

En avril, nous avons pu découvrir Tohru Tagura chez Taifu Comics avec le titre Love Stories. Un titre qui s’applique à bien retranscrire les émois adolescents notamment quand il touche un adolescent homosexuel. Mais plus loin, ce titre s’avère une vraie réussite de par la manière dont la mangaka aborde tous ces thèmes.

Résumé :

Quand Yuiji Hasegawa apprend accidentellement que son camarade de classe, Yamato Yoshinaga, est gay, il comprend rapidement que le regard de ce dernier est tourné vers un amour impossible. Faisant partie du même groupe de travail, les deux garçons apprennent à se connaître et à s’apprécier. De son côté, Yoshinaga est terriblement sérieux dans sa réflexion sur ses sentiments et sa manière de se comporter, le bonheur semble bien loin, néanmoins, Hasegawa fait ce qu’il peut pour le soutenir.

Source : Taifu Comics.

Avis :

Love Stories

Love Stories – T.1 KOIMONOGATARI © TAGURA TOHRU 2015 by GENTOSHA COMICS INC., TOKYO

C’est donc avec beaucoup de plaisir que j’ai pu découvrir Love Stories. Ce titre a quelque chose de très intimiste si bien que l’on se plonge assez facilement dedans. En outre, le fait d’alterner les points de vue permet de mettre l’accent sur tous les types d’histoires car oui, le pluriel indique bien que l’on va assister à plusieurs histoires d’amour.

C’est dans un contexte que l’on fait donc la connaissance de Yugi Hasegawa. Il partage son temps entre ses amis et sa petite copine Mayu. On sent que c’est un personnage qui croque un peu les choses comme elles viennent parfois avec insouciance mais qui est propre à son âge. Cela ne l’empêche pas de se poser des questions sur l’amour et ses turpitudes… Son quotidien plutôt tranquille va être bouleversé l’annonce d’une nouvelle qu’il va apprendre par accident : Yamato Yoshinaga, un de ses camarades de classe est gay. Bien que Yugi ne le connaisse pas vraiment, cela a toutefois le mérite de le troubler quelque peu. Mais surtout, il comprend qu’il a connaissance d’un secret et va se mettre à observer un peu plus ce camarade plutôt discret qui va finalement intégrer son groupe de travail. Finalement, une relation amicale va se nouer entre les deux adolescents où ils vont apprendre à se soutenir mais aussi à se découvrir.

Love Stories

Love Stories – T.1 KOIMONOGATARI © TAGURA TOHRU 2015 by GENTOSHA COMICS INC., TOKYO

C’est l’un des points forts du titre à savoir cette espèce de narration alternée qui permet de mieux découvrir les personnages. Il y a un vrai travail sur les regards qui est fait et qui magnifie plutôt bien les protagonistes. Ainsi, dans un premier temps, on découvre Yoshinaga grâce à Hasegawa. Ce qui est intéressant, c’est de voir comment réagit ce dernier à l’annonce de l’homosexualité de Yoshinaga. Il faut dire que pour lui qui est hétérosexuel et qui vit une relation avec une fille, c’est réellement quelque chose d’inédit mais quelque part qui l’intrigue également. Quelque part, si on sent que les jeunes de ce manga sont un contexte très contemporain, il reste que le fait de montrer que cela continue de troubler s’avère assez réaliste. Disons que si tout le monde connaît l’homosexualité, pour autant, on se doute qu’y faire face n’est pas du tout la même chose. D’ailleurs, Hasegawa a en premier lieu une réaction de rejet (qui pourra sembler logique : on a toujours peur de ce qu’on ne connaît pas). Ainsi, on entendra le jeune homme se dire qu’il ne souhaite pas le fréquenter et il voit même d’un très mauvais œil son rapprochement avec Kyôsuke, son ami.

« N’empêche que si c’est possible, j’aimerais bien ne pas avoir à le fréquenter. » (Hasegawa) – Tome 1

Mais plus loin, le garçon en vient à s’interroger sur le regard qu’il porterait sur lui s’il était son ami : est-ce qu’il le regarderait de façon amoureuse ?! On ne peut s’empêcher de ressentir une forme de bienveillance devant ces interrogations. En effet, l’adolescent découvre quelque chose qu’il ignore, aussi, il est normal que cela se traduise par un certain chamboulement. Toutefois, petit à petit, le jeune homme va faire fi de ses préjugés pour découvrir Yoshinaga et cela grâce au fait qu’ils vont travailler en groupe. Communiquer, rigoler, parler… Au fur et à mesure, Hasegawa commence à cerner Yoshinaga mais également à voir que son orientation sexuelle ne détermine aucunement qu’il soit une personne infréquentable. J’ai beaucoup apprécié la relation qui se tisse entre les deux jeunes hommes. Hasegawa devient un vrai soutien et une relation complice se noue entre les deux. Avoir, par la suite, le point de vue de Hasegawa se révèle tout aussi intelligent. On voit son ressenti et surtout le fait qu’il y a un malaise inhérent chez le jeune homme d’où cette volonté d’être en retrait et de ne pas se faire remarquer. Finalement, on découvre un jeune homme assez troublé qui a du mal à vivre pleinement comme il le souhaiterait et surtout dans une société où il reste difficile de s’affirmer.

« Il faut que j’aie l’air normal. » (Yoshinaga) – Tome 1

Cette narration subtile et progressive permet à la mangaka de vraiment mettre ses personnages en lumière mais surtout on découvre que peu importe l’orientation sexuelle, les tourments restent les mêmes pour les jeunes gens.

Love Stories

Love Stories – T.1 KOIMONOGATARI © TAGURA TOHRU 2015 by GENTOSHA COMICS INC., TOKYO

La mangaka aborde ainsi des sujets plus en profondeur mais avec toujours pour prolongement le regard des autres. A travers des scènes de la vie quotidienne et lycéenne comme les révisions, le sport, les difficultés de communication entre les filles et les garçons, la mangaka montre des personnages qui évoluent à leur rythme. Le fait que Hasegawa devienne le confident de Yoshinaga lui permet de prendre un peu plus confiance. Le jeune homme reste toujours réservé mais petit à petit, il se livre sur ses aspirations et on comprend mieux ses craintes : la peur d’être incompris, rejeté, vu comme un paria d’une certaine manière si bien qu’il n’arrive pas encore à s’assumer. Le jeune homme n’ose d’ailleurs même pas avoué cela à son meilleur ami Seki. De manière très astucieuse, on voit toutes les peurs de Yoshinaga apparaître dans le titre : le fait de ne pas se sentir « normal » (si tant est qu’il y ait une réelle définition de la « normalité »…), le sentiment d’être constamment perdu ou bien de paraître « faux » tout comme le personnage n’ose pas dire ce qu’il pense réellement. Un élément marquant, c’est quand dans sa tête, il rebondit sur une remarque de son camarade en disant qu’il n’a pas choisi d’être homosexuel. On sent une bouffée d’empathie à son égard car cela soulève encore plus son malaise d’une certaine façon. Heureusement, en plus de Hasegawa, il peut compter sur Natsumi, une amie très fidèle à qui il peut tout confier. D’ailleurs, j’apprécie son franc-parler et la petite dose d’humour qu’elle insuffle dans le titre. On perçoit son envie de pousser son ami à être épanoui. Et cela passera peut-être par sa rencontre avec Sakura, un lycéen d’un autre lycée gay qui vit son homosexualité d’une façon totalement différente.

Quelque part, il ne faut pas s’y tromper : Love Stories parle d’histoires d’amour mais c’est bien au pluriel. Autant, on peut voir Yoshinaga dans ses tourments, autant on peut voir Hasegawa avoir des réflexions sur sa relation avec Mayu. On peut penser que ce dernier va aussi connaître une évolution pour la suite. Il est confronté à des incertitudes et surtout à plusieurs reprises, il ne se voit comme le petit ami idéal et protecteur. Bien au contraire, le jeune homme se caractérise davantage par son manque de sérieux et de maturité. Cela pourra sembler paradoxal car entre ce qu’il dégage et ce qu’il pense, il y a en fait un fossé qu’on n’arrive pas encore clairement à comprendre. Une prise de conscience qui pourrait changer les choses ? Rien ne peut être affirmé…

« Je suis nul en amour […]. Moi, je ne fais que décevoir alors que lui a des soucis parce qu’il ne se ment jamais. » (Hasegawa) – Tome 1

En plus de cette narration limpide, Tohru Tagura s’applique dans un style qui se veut très réaliste. La mangaka ne manque pas également de mettre en avant les personnages secondaires créant un noyau très intéressant. En outre, les filles sont également assez présentes, ce qui change d’un univers strictement masculin. Tout cela concourt à donner une peinture assez juste des émois amoureux.

A cela s’ajoute un dessin d’une très grande finesse. J’ai été réellement charmée par la précision des détails : les décors sont plutôt riches. L’encrage est une réussite globalement. Les traits des personnages sont fins et distingués. Un plaisir pour les yeux. Quant à l’édition, elle est de qualité. Honnêtement, j’adore la couverture, je la trouve tellement en adéquation avec ce qui se déroule dans le manga. Mais le reste est aussi très bon : une première page en couleur, un papier plaisant, une traduction soignée. Rien à redire.

En conclusion, ce premier volume de Love Stories s’offre un début plus que prometteur. Avec beaucoup de réalisme et de pertinence, la mangaka livre un récit intimiste et bien mené sur les tourments d’adolescents faisant face à leurs sentiments.

Informations :

Titre VO : こいものがたり
Titre traduit : Koi Monogatari
Genres : yaoï, gay-lesbien, romance, tranche-de-vie, jeunesse, coming out
Nombre de tomes VF/VO : 1/1 (en cours)
Auteur : TAGURA Tohru
Édition VF : Taifu Comics
Prix : 8,99€

Extrait en ligne : Love Stories T.1

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s